Critique - PERSONA 3

Publié le par Alek

Shin Megami Tensei : Persona 3

Qu'y a t'il de plus réjouissant que l'arrivée tardive d'une série de RPGs attendue depuis belle lurette ? Non parce que les Megaten, c'est un peu comme les Dragon Quest, sauf qu'ici l'histoire se finit bien... Je suis méchant là... Blagues à part on cause aujourd'hui du premier épisode de Persona à parvenir sous nos latitudes. Persona ? Oui, vous savez, cette série spin-off à Megaten dans laquelle on incarne de jeunes lycéens qui prennent leur pied à chasser les démons à la nuit tombée. Et vous savez quoi ? Eh bien ce Persona 3 est probablement le meilleur épisode de la série. Oui ma bonne dame.
La recette est toujours la même : un soupçon de Love Hina pour les aléas de la vie étudiante, une pincée de mauvais goût - non ne me tapez pas ! - japonais pour l'ambiance générale, et une bonne louche de mécanique traditionnelles du dongeon RPG pour toute l'exploration du Tartarus. Tarte à quoi ? En fait, le pitch de Persona 3 est assez simple. Passé minuit, certaines personnes ont la capacité de rester éveillé au cours de la Dark Hour, située entre un jour et le suivant. Ceux-ci voient alors le monde sous un nouveau jour, et sont confrontés à la menace des Shadows. Apache ? NON !!!

Le lycée que fréquente la bande de jeunes au coeur du jeu se transforme alors en Tartarus, immense tour gotico-bizarre qu'ils devront gravir pour découvrir les secrets du scénario. La question est : Tout cela est-il bien réel ? Ou alors simplement une habile métaphore des démons de l'adolescence ?
Le gameplay est vraiment passionant, et les différentes phases de jeu se mellent à la perfection. Bon, je m'arrête là, j'y retourne...


Publié dans Critiques

Commenter cet article