Critique - ALDEBARAN

Publié le par Alek




Aldebaran


Autant vous l'avouer tout de suite, la bande dessinée en elle même ne fait pas partie de mes passions dévorantes. Pas que je sois allergique au format, bien au contraire ; c'est simplement que je n'ai jamais trouvé le temps de me pencher plus que ça sur ce domaine...

Bon, une autre chose importante à préciser avant de dire quoi que ce soit sur Aldebaran. J'ai découvert cette série quelques semaines avant de passer mon BAC - comment ça tout le monde s'en fout ?! Mais non ! - et elle a donc une valeur affective toute particulière pour moi. Je défie quiconque de m'avouer ne pas s'être aidé de quelque oeuvres " roues de secours " en cette pèriode damnée...

C'est l'histoire de Marc Sorensen et de Kim Keller. Deux jeunes gens dont le village a été entièrement détruit par une étrange créature marine : la Mantrisse. Ils vont vivre une aventure de longue haleine sur la planète Aldebaran, à la recherche de la vérité. L'intrigue nous tient en haleine pendant cinq volumes de qualité, et il est vraiment très agréable d'observer les personnages - tous plus attachants les uns que les autres - évoluer au fûr et à mesure que le temps passe.

Le dessin m'a beaucoup plu. C'est sobre, élégant, mais aussi très inventif. L'auteur, Leo, a visiblement un talent pour imaginer des créatures étranges et surprenantes, qui donnent une vraie personalité à ses albums. Le voyage et la découverte sont au coeur de cette épopée. Ce qui m'a le plus marqué je crois, c'est le manque que j'ai ressenti en refermant le dernier tome... Je me répète, mais dans Aldebaran, on s'attache énormement aux personnages !

Mention spéciale à la jolie Kim, dont les frasques titileront la sensibilité des plus pervers d'entre vous...

Bref, j'ai vraiment accroché. Et c'est toujours plein de nostalgie que je repense à cette série. Je vous invite à rentrer dedans, l'éxperience vaut franchement le coup.


 

PS : Un grand merci à Jeffrey - dont je doute qu'il passe par ici ! - pour m'avoir fait découvrir cette belle histoire. The faraway woman...

 

 

Publié dans Critiques

Commenter cet article