Critique - MASS EFFECT

Publié le par Alek



Mass Effect

 

Comment résumer en quelques paragraphes le pourquoi de l'excellence d'un titre comme Mass Effect ? Voilà bien une question à laquelle il va me falloir rapidement trouver réponse, sous peine de devoir vous imposer une introduction verbeuse, hors du sujet, bref, ridicule.

Que diriez vous si un dévellopeur de génie - disons Bioware - décidait tout à coup de réaliser votre rêve de gosse ? Non, pas celui là bande de vicieux... Je veux bien sûr parler de la grande aventure spatiale, du space opera, avec vilains aliens, planètes inconnues et gros vaisseaux à la clef ! Sans plus attendre, j'annonce la couleur, vous allez être comblés !



 

 

Le scénario de Mass Effect est simple. Tout du moins au début. Et ça tombe bien, parce que c'est ce début qu'il faut que je vous explique. A force de moult recherches et découvertes - je résume hein... - l'humanité a découvert le moyen de se déplacer dans l'espace. Genre, vraiment vite quoi. Suite à quoi elle y a trouvé nombre d'especes vivantes intelligentes qui avaient déjà mis la main sur le pot aux roses bien avant. S'en suivront clonflicts, xénophobies et plein d'autres réjouissances.

Vous, vous êtes Shepard, un personnage au caractère bien trempé, mais qu'il vous est quand même possible de personaliser de A à Z - oh ! une expression d'un autre temps ! - en début de partie, jeu Bioware oblige. Attendez vous donc aux habituels choix de classe, de look et de spécialisations, auxquels s'ajoute ici " l'historique prémilitaire " : un bref résumé de votre vie antèrieure, histoire de se mettre encore plus dans le truc.

L'intrigue débute alors que vous êtes envoyé en mission par l'armée humaine - oui parce que vous un êtes bien sûr un GI des étoiles ! - sur une petite planète, anodine en apparence. Evidemment, ça va être grave la merde. S'en suivra une incroyable quête pour la sauvegarde de l'humanité - ça fait ringard comme ça mais vraiment, dans le jeu, ça démonte - qui vous fera voyager à travers l'espace et les galaxies.

En parlant de ça, il me faut vous préciser que le jeu mettra bien vite à votre disposition un joli vaisseau qui vous permettra de vous ballader LIBREMENT à travers les étoiles. Ca, c'est vraiment cool.


 

Ah oui, il faut aussi que je dise que le jeu est sublime, trop beau, mégacool, ça arrache la rétine, vraiment. D'autant que les décors sont variés, que la bande-son trucide, et que le design est de très bon gout. C'est un vrai plaisir de profiter de la liberté que nous propose le jeu dans un pareil univers. On s'investit, et on y croit. Sans trop spoiler, certains choix sont vraiment difficiles à faire - allant du " On le fait ce soir chéri ? " jusqu'au " Mécékikivacreveretkikivavivre ? " Renversant.

Au niveau du gameplay - je déteste commencer une phrase comme ça, m'enfin, j'suis préssé - imaginez vous un jeu à mi-chemin entre le fabuleux Star Wars KOTOR et l'holywoodien Gears of War. Voilà, j'ai fais vite. Ah non, quand même, il faut que je dise que le gameplay de Mass Effect est ultime et procure un plaisir certain d'un bout à l'autre de l'aventure.

Ah bah voilà, le seul point noir du titre ! En effet, le premier " bout " et bien trop proche du second... Comprenez moi, quêtes annexes comprises, ME est décortiqué en une GROSSE trentaine d'heures. C'est trop peu, et ça c'est con. M'enfin on y revient avec tant de plaisir que je lui pardonne à ce coquin... Et puis, la suite arrive ! Roh qu'est ce que j'ai hâte...

Publié dans Critiques

Commenter cet article